Communication de nos partenaires

Dirge – Ah Puch

Le 22 octobre 2018 posté par Willhelm von Graffenberg

Line-up sur cet Album


  • Ashish Dharkar - Guitares
  • Varun Patil - guitares, Choeurs
  • Harshad Bhagwat - Basse, Choeurs
  • Tabish Khidir - Chant
  • Vineet Nair - Batterie

Style:

Sludge/Doom Metal

Date de sortie:

19 Octobre 2018

Label:

Autoproduction

Note du SoilChroniqueur (Le Révérend) : 7,5/10

On pourra dire et penser ce que l’on veut de notre monde hyper connecté, de la mondialisation effrénée et j’en passe, il y a un domaine où cela a amené du changement dans l’ouverture et la découverte : la musique !
Oui bien sûr, la grande industrie en a profité pour nous inonder de musique prête à consommer, même dans notre sphère d’écouteurs de musique ultra minoritaire, il faut bien l’avouer. Mais cela a aussi permis à des petits labels et à des groupes de se faire connaitre à nos oreilles curieuses et avides.
Tout cela pour dire quelle chance j’ai eue de découvrir et écouter un groupe de Sludge Doom nous venant de Pune dans l’état indien du Maharashtra et dont le premier album a pour thème, la chute de l’empire maya.

Actif depuis 2014, le quintette a produit lui-même ce premier album Ah Puch, dieu de la mort maya, occupant une place centrale dans l’histoire de cet album. Dirge a une vision du Sludge Doom très brute, âpre, ne laissant que très peu de place à un moment de respiration ! Parlant ici de l’extinction d’une civilisation, cette atmosphère pesante et étouffante sied à merveille au concept. Pour l’auditeur, cela peut tourner parfois à une certaine lassitude tant à la première écoute, on a l’impression d’un bloc monolithique sans la moindre nuance ! Cette impression vient surtout du chant typiquement sludge de Tabish Khidir, gras, écorché, hurlé et qui, du coup, ne suit pas toujours les nombreuses influences et nuances de la musique.

Ce mariage-là marche merveilleusement bien sur le titre « Montezum’s Reven » avec une fin grandiose où cette voix emplie de rage se perd et meurt dans un flot de guitares aux notes mélancoliques.
C’est également le cas dans le titre phare de l’album « Corpse of Cortez », où l’influence de Yob se fait le plus sentir, le Sludge empruntant au Post Metal, allant vers une agressivité tendue et un côté beaucoup plus aérien.
Cependant, il est bien dommage que sur le reste de l’album la voix n’évolue pas avec plus de nuances, accompagnant plus subtilement la musicalité des compositions !

Un premier album qui malgré quelques faiblesses ne devrait pas décourager les amateurs de la scène sludge doom. Avec ces compositions de qualité, je suis même curieux et impatient de voir où Dirge ira dans l’avenir !

Tracklist :

1. Invoking the Demigod (10:45)
2. Montezuma’s Revenge (9:06)
3. Swamp of Blood (9:44)
4. The Dilemma (3:22)
5. La Malinche (9:23)
6. Corpse of Cortez (9:24)

Playlist Bandcamp
Page Facebook
Chaine Youtube

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green