Communication de nos partenaires

DevianT – Mobshrieks

Le 16 juin 2010 posté par METALPSYCHOKILLER

Line-up sur cet Album


Pierre Le Gac : Chant
Amaury Langlois : Guitare
Joris Langlois : Batterie
Boris Durand : Basse

Style:

Metal

Date de sortie:

Avril 2010

Label:

Non Signé - Démo / Auto Production

Note du Soilchroniqueur (MetalPsychoKiller)
09/10

Notre océan hexagonal plus qu’un bouillon de culture est un véritable vivier ou foisonnent les poissons métallisés aux blindages de différentes épaisseurs et aux dents plus ou moins aiguisées. Des capelans aux squales, métissages et évolution Darwinienne peuvent les rendent concomitamment appréciables et redoutables, ou à contrario sans saveurs et détestables, quand une constante demeure indubitablement. Celle d’un melting pot viscéral permettant à tout à chacun selon ses influences musicales, ses gouts et ses couleurs, voir son pur ressenti non réducteur, de toujours trouver quelque part son bonheur. L’éventail de notre terroir couvre incontestablement le panel de la planète Metal, et nos groupes ont cela de particulier qu’ils s’affranchissent aisément des étiquettes permettant les catégorisations.

DevianT en est un archétype indéniable. Actif depuis 2008, le quatuor nantais s’est articulé autour de deux frères ; Amaury et Joris Langlois, respectivement guitariste et batteur, ayant fourbi leurs armes aux seins des « Sermaeth » et « Amethys ». Complétèrent ensuite le line up, Boris Durand le bassiste (Vlad Volta, Electrod), et plus surprenant un chanteur expérimenté de culture reggae, Pierre Le Gac (Zgoaya, Sama, ShyHats). Curieux mélange pouvant s’avérer soit prometteur et détonnant, soit ayant la finalité d’un pétard mouillé, mais ne pouvant qu’intriguer au demeurant. Ne restait donc plus qu’à définir, expérimenter, roder et finaliser une musicalité par des compositions et une première offrande.. Ce qui sera chose faite somme toute assez rapidement puisque les DevianT entrent au studio Barnabé’zik courant 2009 et enregistrent leur premier Maxi 5 titres « Mobshrieks ». Cette première obole étant personnellement mixée par notre rejeton breton de Bob Marley, PLG.

Et autant le concéder en préambule, cette production sonore est une des grosses réussites de ce « Mobshrieks ». Emphatique, puissante, limpide, la liste des qualificatifs pouvant la caractériser est non exhaustive tant on est surpris et balayé par la perfection de l’ingénierie du son déployée. Certes on s’attendrait à cela avec une alchimie concoctée par un Tue Madsen derrière les manettes par exemple, mais prendre une telle claque auditive sur une simple première démo auto produite ne peut que vous laisser sur votre séant.

Et cela d’autant plus que les compositions assénées ne font pas dans la dentelle. Metal, dans le sens générique de l’appellation, Death, Doom, Rock, Hardcore, Psychédélique…Les cinq titres proposés surfent allégrement sur nombres de courants en vogue actuellement, tout en délivrant au final une réelle unicité empreinte d’originalités liées à l’alternance de tempos et de chants. Tels des lames de fond et des ressacs perpétuels, le combo use -mais n’abuse pas- de la dualité entre facettes rageuses, agressives, déjantées, et entrecoupées et mises en reliefs par des plages plus apaisées vous permettant de presque reprendre votre souffle. Un « Troy » corrosif et syncopé émergera ainsi comme un tsunami alternatif pour votre sensibilité. Essayez d’imaginer un hybride de frenchies à la Gojira et Dagoba, d’anciens britishs à la Killing Joke, de brutes épaisses à la Dethklok, avec des nuances de lignes vocales dignes de la scène hardcore New Yorkaise. Tout un programme ou même une « Fusion » à la française typée Silmarils pourrait émerger de vos neurones.

Car le coup de maitre de nos « DévianT » se situe dans cette capacité à canaliser cette propension à foncer tous azimuts et asséner sans coups férir. L’écueil souvent inévitable de s’égarer et s’échouer lamentablement en cherchant le vaisseau du hollandais volant est contourné avec une maturité sidérante. Tel un grain frais et violent venu du large, les nantais en seulement cinq titres et vingt minutes, vous burinent inexorablement les cages à miel et emportent sans conteste non seulement votre adhésion mais aussi votre rémission. Ce « Mobshrieks » plus qu’un coup d’essai est un coup de maitre. Le potentiel en dégouline de partout, l’agrément suinte en symbiose et la seule conclusion me venant à l’esprit est celle-ci : Vivement un album entier !!!

Myspace : http://www.myspace.com/deviantmusicband

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green