Communication de nos partenaires

Deliverance – Chrst

Le 10 janvier 2018 posté par Willhelm von Graffenberg

Line-up sur cet Album


  • Pierre Duneau : chant
  • Etienne Sarthou : guitare
  • Julien Hekking : guitare
  • Sacha Février : basse
  • Fred Quota : batterie

Style:

Deadlight Entertainment

Date de sortie:

26 Mai 2017

Label:

Sludge/Black Metal

Note du SoilChroniqueur (Lusaimoi) : 8/10

Si Deliverance ne me disait rien, hormis le nom d’un album suédois fabuleux, ce n’est pourtant pas un tout jeunot dans la scène Metal française. Bon, il s’est formé en 2012, ce qui n’est pas forcément vieux, mais quand on voit le nombre de groupes qui naissent chaque mois, sept ans, c’est déjà pas mal. Surtout que pendant ces années, un EP est sorti, dispo en « name your price » sur Bandcamp – vous suivrez le lien en bas de la page si vous voulez le découvrir (eh oui, faut lire la chro avant, hein ?) – et qu’il contient des personnes dont vous avez peut-être entendu parler. En effet, il a été créé par Pierre Duneau, de Memories of a dead Man, et Etienne Sarthou, plus connu pour être le batteur d’Aqme.

Bien, voilà, là, à la lecture du dernier mot de ma phrase précédente, je sais que pas mal de personnes se sont barrées de cette page. Que voulez-vous ? Certains n’ont pas envie de se défaire de leurs préjugés. Et puisque vous, qui lisez ces lignes, vous êtes restés, laissez-moi vous dire à quel point votre curiosité sera récompensée. Ils ont eu tort, de partir. Oh oui ! Déjà parce qu’Aqme n’est plus du tout le groupe pour ados que l’on a connu à ses débuts et ensuite, parce que Deliverance n’a, musicalement, rien à voir. M’enfin, pour se faire une première idée, il suffisait de regarder le style, en haut de cette chronique. Sludge/Black Metal.

Non, ce n’est pas une erreur. Donc ce Chrst, reprenant visuellement des éléments (les figures géométriques) de son prédécesseur, Doomday Please, avec cette fois-ci un intérieur abandonné et décrépit, emprunte au Black ses atmosphères décharnées, ses dissonances, son chant criard et écorché – monolithique d’un bout à l’autre du CD, sans que ce soit ici une critique –, et au Sludge son groove, sa lenteur et sa crasse.

Il ne faut pas pour autant croire que cette dernière est due à une production volontairement lo-fi, parce qu’à ce niveau-là, Chrst se montre parfait, avec un son permettant au groupe de développer au maximum ses effets. Rarement rapide, hormis quelques exceptions, avec un « A Bone shall not be broken » qui démarre directement comme une violente tempête, ou une accélération à la transition un peu brusque sur « Hung be the Heavens with black », Deliverance laisse avant tout s’installer les ambiances. Malsaines et glauques – il faut voir le démarrage quasi-doomesque de « I say Christ ! » ou la pause de « A Bone shall not be broken », à l’aura crépusculaire –, celles-ci savent aussi se montrer grandioses, quand le groupe accentue encore l’ampleur de ses envolées.
Et là, on peut citer un « Out of the saddening Blank », qui démarre dissonant et contemplatif (si bien qu’on pourrait apercevoir les forêts enneigées de Norvège, si tout ça n’était pas Français), avant de s’emballer pour donner une sorte de Black Sympho, sans utiliser aucun instrument ni cliché du genre. « The Discrucified », lui, installe une tension à sa deuxième minute, une montée en puissance de plus en plus forte, explosant enfin dans un passage superbe pour, après un retour au riff initial, un final épique. Et que dire de « Across Gehenna », véritable titre final dans toute sa splendeur ? Commençant par une boucle lente et saccadée, il nous mène, par un chemin tortueux, à son apothéose qui conclut l’album.

Contrairement à ce que j’ai pu lire, Deliverance n’a rien du Black Avant-gardiste. Il ne changera pas la face du genre et, quelque-part, ce n’est pas plus mal, car ce qu’il fait, il le fait avec une rage et une sincérité qui transpirent d’un bout à l’autre de ces six morceaux. A la fois poisseux, épique, froid et dérangeant, ce premier album mérite la découverte et donne envie d’en attendre la suite.

Tracklist :

1. Hung be the Heavens with black
2. Out of the saddening Blank
3. The Discrucified
4. A Bone shall not be broken
5. I say Christ!
6. Across Gehenna

Bandcamp : https://deliveranceplease.bandcamp.com/
Facebook : https://www.facebook.com/deliveranceband/

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green