Communication de nos partenaires

Concrete Eden – Left

Le 18 juillet 2018 posté par Willhelm von Graffenberg

Line-up sur cet Album


  • Hannes Ressi – Batterie
  • Mike Kostner – Voix
  • Erwin Lackner – Guitare
  • Thomas Gurker - Basse

Style:

Nu Metal/Hardcore/Metalcore

Date de sortie:

19 Janvier 2018

Label:

NRT Records

Note du SoilChroniqueur (Kenpachi) : 7.5/10

Le quatuor sortant son premier album en ce début d’année 2018, après une première démo en 2006 (M.I.T.Y.), un premier single avec clip sorti en 2017 pour « Gone to Far » de l’album ci-présent, nous vient tout droit d’Autriche. Une maigre discographie, puisqu’à l’aube de leur existence, le groupe a réussi, dans ses contrées, à se forger non seulement une réputation de tabasseurs sauvages en maîtres de guerre sur scène mais aussi une fan-base aussi solide que fidèle.

Lorsqu’on croyait ce bon vieux Nu-Metal rappé à la Limp Bizkit décédé en crachant son dernier souffle de vie il y a quelques années déjà, lorsqu’on croyait le style retourné dans tous les sens, dépassé et n’ayant plus rien à offrir, alors naquit de manière relativement récente cette idée de mélanger le Nu-Metal et ses qualités rythmiques à un Hardcore et Metalcore n’ayant rien à lui envier. C’est le parti-pris de ce groupe formé en 2005 : « Tiens, et si on prenait un peut tout c’qui pète à la tronche pour le mettre ensemble ? » Du coup, on se retrouve avec un Mike Kostner au chant capable de rapper tel un Fred Durst de Limp Bizkit, exploser ses cordes vocales tel un chanteur Hardcore, ou alors pousser la chansonnette en chant clair au beau milieu des morceaux un peu à la System of a Down. Tiens, ils tombent bien les SOAD, puisque ce n’est pas que ce détail de chant qui pourrait faire penser à eux, mais tout aussi bien cette manière de composer des morceaux, un peu décousue mais pas trop, originale, mais pas trop, efficace. Une sorte de musique qui peut dérouter : entre quelque chose d’à peu près mainstream, mais qui ne l’est pas, une sorte d’underground pour faire jumper un large public jeune et en quête de sensations. Leur coté Korn ajouté, tu obtiens le Breed Machine autrichien, en réalité. C’est exactement ça.

On se retrouve donc avec une galette de vingt-huit minutes de fraicheur, de retombée en adolescence, ça fait bouger, ça sent l’album folie en live, énergique, mélangeant toute la mélancolie qui habitait nos jeunes années d’ados des années 90/début 2000. De la nostalgie remise au goût du jour venant d’un genre qui semblait s’être essoufflé. L’allergique au Nu-Metal/Rap Metal devra passer son chemin, sans le moindre doute : cet album sera taillé à la perfection pour lui déplaire, mais si ton oreille et tes affinités musicales sont restées avec un brin de nostalgie, de folie, d’énergie farfelue, alors il te faut foncer pour rencontrer ce qui serait le Breed Machine autrichien !

Tracklist :

1. According to Law
2. Chains
3. Communication Fails
4. Deadly correct
5. No Place to hide
6. Gone to far
7. Last Border
8. Let me out

Site officiel
Page Facebook

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green