Communication de nos partenaires

Chronosphere – Embracing oblivion

Le 3 août 2014 posté par Metalfreak

Line-up sur cet Album


Thanos Krommidas - Batterie / Panos Tsampras - Guitares, Choeurs / Spyros Lafias - Chant, Guitares / Kostas Spades - Basse, Choeurs.

Style:

Thrash metal

Date de sortie:

18 juin 2014

Label:

Punishment 18 Records

Note du SoilChroniqueur (Metalfreak) : 7/10

 

Le retour des Grecs de Chronosphere.

Formé en 2012 sur les cendres de Homo Sapiens, nom sous lequel ils ont sorti une demo (« Hypnosis ») en 2011, le quatuor d’Athènes sort aujourd’hui son deuxième album après un « Envirusment » (2012) qui s’était fait remarquer dans la communauté thrash.
Et ce n’est pas avec ce « Embracing oblivion » que les choses vont changer : voilà une furie thrash absolue, où tout est dans l’urgence et la rapidité d’exécution à l’instar d’un « Bonded by blood », « Kill ‘em all » ou autres « Darkness descends » et « The upcoming terror ».
Ici, le temps semble s’être arrêté en 1988 et il est fort à parier que si cet album eût été sorti à cette époque, il aurait fait partie des références du genre.

Les riffs sont ultra rapides, les soli assassins, la voix de possédé de Spyros Lafias fait passer le regretté Paul Baloff pour un crooner, et chaque musicien maîtrise à la perfection son instrument.

« Embracing oblivion » fait certes partie de la quantité incalculable d’album de thrash old school qui sort par camions entiers depuis quelques années mais possède ce petit-truc-en-plus qui fera chavirer de bonheur plus d’un porteur de veste à patchs.
Déjà, les tempi inférieurs au « speed », ces messieurs ne connaissent pas. Le moins qu’on puisse dire, c’est que ça tabasse pendant 41 minutes chrono(sphere) sans ne jamais se calmer, donc inutile de se chercher un quelconque moment de quiétude… c’est bien simple : Y A PAS !

D’entrée, « Killing my sins » nous envoient un gros riff ultra speed dans les gencives, sans une petite intro mélodique ou un banal avertissement. Non, c’est du « in your face » de la première à la dernière seconde pour un album d’une intensité rare. Les dix titres passent à vitesse grand V et ces Lucky Luke du riff nous assènent tout leur savoir faire et leur précision avec autant de morceaux qui vont faire de sérieux dégâts dans les cervicales de tout auditeur.
Est-ce de bon ton de préciser que les pogo, circle pit et autres wall of death vont être légion lors des concerts ?
Je sens que, si je vais les voir se produire sur une scène française un jour afin de les photographier, je vais rediscuter de mes primes de risques et de mon assurance-vie !

Difficile de dégager un titre par rapport à un autre, le tout est d’une grande homogénéité et risque de ravir les fans de thrash rapide et nerveux dans lequel la mélodie n’est surtout pas absente : les solis sont très bien exécutés (« One hand red per saint », « Frenzied from inside » ou « Beyond nemesis ») et les rares breaks permettent surtout d’achever l’auditeur lors des accélérations qui leur succèdent.

Belle baffe !

 

Tracklist :

1. Killing My Sins (3:49)
2. One Hand Red per Saint (3:33)
3. Force Fed Truth (5:07)
4. Brutal Decay (4:08)
5. Frenzied from Inside (3:57)
6. Herald the Uprising (5:26)
7. City of the Living Dead (3:54)
8. Seize Your Last Chance (4:05)
9. Beyond Nemesis (3:56)
10. The Redemption (4:03)

 


ReverbNation : http://www.reverbnation.com/chronospheregr
Myspace : http://www.myspace.com/chronospheregr
Facebook : http://www.facebook.com/ChronosphereGr
Youtube : http://www.youtube.com/user/ChronosphereGR

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green