Communication de nos partenaires

Cavalera Conspiracy – Blunt force trauma

Le 3 juillet 2011 posté par Metalfreak

Line-up sur cet Album


Max Cavalera - Chant - guitare Marc Rizzo - Guitare Lead Johnny Chow - Basse Igor Cavalera - Batterie, Percussion Invité: Roger Miret - hant sur "Lynch Mob"

Style:

Thrash/Groove metal

Date de sortie:

28 Mars 2011

Label:

Roadrunner

Note du Soilchroniqueur (Metalfreak) : 05/10

 

Bien bien bien, je viens de me manger en pleine poire le « Kairos » de Sepultura duquel je n’arrive pas à me lasser et là, je me dois de faire la chronique d’un Cavalera Conspiracy que je repousse sans cesse, n’arrivant pas à m’en imprégner. Ce n’est pas faute d’essayer : depuis mars, j’ai du me la passer une bonne vingtaine de fois – non non, les mauvaises langues, y a pas de masochisme chez moi – et, chaque fois, c’est le même phénomène qui se produit : pas moyen de vibrer, pas moyen de ressentir le moindre plaisir de la part des deux frangins, qui, à une époque, me donnaient le frisson rien qu’en apprenant qu’un nouveau Sepultura allait sortir.
Oui, j’ai bien dit « Sepultura » : la dernière fois qu’un Cavalera me faisait frémir, ça a été quand j’ai appris la sortie d’un « Roots » qui, après écoute, commençait déjà à me faire douter de la capacité des frangins à sortir un jour un album de la veine de la trilogie « Beneath the remains »-« Arise »-« Chaos AD ».
Sepultura d’un côté et Soulfly de l’autre, ça ne m’a jamais vraiment fait triper depuis, à part peut être un « A-Lex » d’un côté et un « Dark ages » de l’autre… mais aucune mesure commune à ces trois albums précités.
Alors quand, en 2007, on nous dit que les deux frères ennemis allaient se réunir le temps d’un album pour nous offrir un album comme-au-bon-vieux-temps, la joie n’en a été que plus forte … et de courte durée après l’écoute d’un « Inflikted » qui ne cassait rien de plus qu’un album lambda de Thrash aux sonorités modernes.
Certes, dans la famille Cavalera, il y avait encore de quoi perpétrer quelques passages à tabac en règle et ce « Blunt force trauma » n’est ni plus ni moins que la suite de ce « Inflikted »… mais rien, ou pas grand-chose » ne permet de faire un gros distinguo entre un album de Soulfly et cet album.
S’il se laisse écouter d’une traite sans grand déplaisir ni en ayant envie de stopper le CD avant la fin, on reste encore une fois de plus sur notre faim. Hormis sur « Burn Wacco » où Igor prouve qu’il en a encore sous la double pédale, sur le titre éponyme « Blunt force trauma » ou lors d’un « Psychosomatic » qui, lui, ne sera écoutable que par les acheteurs de l’édition limitée digipack (avec un DVD bonus enregistré lors de leur passage aux Eurocks en 2008), on ne notera pas grand-chose d’exceptionnel.
Peu, trop peu pour s’extasier.

Produit par Logan Mader (Machine Head), cet album ne souffre pas d’un manque de son, malgré une batterie qu’on aimerait entendre un chouia plus en avant. Non, franchement, il faut le dire : pendant tout le long de cet album, on s’ennuie ferme, c’est tout !
Donc que faire ? Continuer d’espérer que, comme Sepultura avec le petit nouveau, les frangins vont retrouver la flamme et nous concocter un album digne de leur passé ? Toute patience a des limites !

Après ça, désolé, mais je vais retourner me coller une lichette de « Kairos » !

 

Site officiel : http://www.cavaleraconspiracy.com/
Myspace : http://www.myspace.com/cavaleraconspiracy

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green