Communication de nos partenaires

Casablanca – Miskatonic Graffiti

Le 8 janvier 2016 posté par Bloodybarbie

Line-up sur cet Album


  • Anders Ljung: chant
  • Mats Rubarth: basse
  • Josephine Forsman: batterie
  • Erik Almström: guitare

Style:

Rock

Date de sortie:

25 septembre 2015

Label:

Despotz Records

Note de la SoilChroniqueuse (Zelviroth) : 8/10

Le nouvel et troisième album du groupe suédois Casablanca intitulé « Miskatonic Graffiti » nous plonge dans un univers aussi sombre que magnifique, connu de bon nombre de fans du genre, celui de Cthulhu sorti tout droit de l’imagination du grand maitre H.P. Lovercraft, plus précisément, des pré-humains “Les Originaux”.

Lorsque commence le premier morceau « Enter the Mountains », on se retrouve aussitôt transportés dans un univers sombre et glacial, avançant au rythme de l’orgue et de la guitare sous une pleine lune aussi froide que les hauteurs des montagnes où commence le récit. Fermez les yeux et laissez vous transporter au rythme des riffs et de cette sublime voix, modulée suivant les différentes ambiances portées par cette intro de 10 minutes dont on ne se lasse point.

On enchaîne ensuite sur « Closer », un morceau plus rock’n’roll que le précédent (plus dans l’univers forgeron du Metal), qu’accompagne un solo d’orgue qui nous renvoie quelques années en arrière. « This is Tomorrow » s’inscrit dans la même ambiance que le titre précédent, avec un solo de guitare marquant et bluesy. Petit bémol concernant le refrain contenant trop de rimes inutiles et pas assez d’originalité musicale. Vient ensuite « My Shadow Out of Time » qui nous fait penser à du Skid Row. On ne peut qu’apprécier ce rythme variant entre lourdeur et puissance, ainsi que ce sordide hurlement qu’accompagnent des notes guitaresques ensorcelantes.

« Re : old Money » est le genre de chanson qu’on risque d’avoir dans la tête toute journée (j’en ai fait l’expérience), autant que « Sister » qui nous confirme que si on aime les jeux de guitare mélodiques et variés, cet album est là pour nous ravir.

« Name Rank Serial Killer » nous emmène faire un tour au Far West, toujours au rythme rock’n’roll imposé par le batteur. Vient ensuite l’éponyme « Miskatonic Graffiti » qui est, pour ma part, le plus décevant : paroles vides de sens et jeu de gratte monotone et moins riche que dans les précédents titres. Heureusement que « She was the One » est là pour nous refaire voyager dans l’univers qu’à voulu construire Casablanca. Ce qui nous touche le plus dans ce morceau est cette voix magnifiquement maîtrisée, à la fois douce, puissante et déchirée, dont on ne peut que tomber amoureux à ce stade de l’album, sans parler de ces solos frissonnant et Garry Mooresques.

Malheureusement, toutes les bonnes choses ont une fin. On quitte cette belle aventure accompagnés de « Exit the Mountains » qui résume bien l’album, dont je vous laisse découvrir et vivre l’histoire.

Voici le concept de l’album tel qu’il a été joint à l’album :

« Miskatonic Graffiti s’articule en trois chapitres. Dans le premier (« Enter the Mountains »), le Fantôme, seul rescapé des Originaux, revient dans notre univers quadridimensionnel, il y a approximativement 200 ans, dans les Montagnes, où peuvent apparaître les portes vers d’autres univers. C’est là où la majorité de l’action se déroule, et où le Fantôme établit sa « Miskatonic University », pour emplir l’Homme de connaissance et de sagesse avant l’arrivée des temps obscurs.

Dans le deuxième chapitre, on rencontre le groupe qui entoure le Fantôme au quotidien. Le couple Mat & Josie, lui quaterback de l’équipe de football de l’université, elle capitaine des cheerleaders, nés dans les Montagnes ; Sergeant of Doom, le bras droit du Fantôme, pilote de courses de rue au passé inconnu – tout juste sait-on qu’il a quitté l’université avant d’être diplômé ; l’Organe de la Mort, qui donne des cours d’astrophysique, et Sister Sundown, qui ne peut être vue qu’après la tombée du jour.

Dans le troisième chapitre (« Exit the Mountains »), on sent l’euphorique sentiment de victoire, celui de résignation, ou encore celui de quelqu’un qui attaquerait en n’ayant rien à perdre. « Exit the Mountains », c’est la révolution des agités, où l’ennui devient la meilleure arme humaine contre des créatures animées d’autres sentiments ; il s’agit de lutter jusqu’à la mort !

Le Fantôme sait ce qu’il y a à faire : la réponse est le temps, mais il passe vite… »

Tracklist :
01. Enter The Mountains
02. Closer
03. This Is Tomorrow
04. My Shadow Out Of Time
05. RE: Old Money
06. Sister
07. Name Rank Serial Killer
08. Miskatonic Graffiti
09. She Was The One
10. Exit The Mountain

Facebook : https://www.facebook.com/casablanca

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green