Communication de nos partenaires

Burning Point – Empyre

Le 28 février 2010 posté par Fredo

Line-up sur cet Album


Jukka "Hesus" Jokikokko : Basse Pete Ahonen : Chant, Guitare Pekka Kolivuori : Guitare Jussi Ontero : Batterie Pasi Hiltula : Claviers

Style:

Heavy power metal 80

Date de sortie:

27 fevrier 2009

Label:

Metal Heaven

Note du Soilchroniqueur (MetalPsychoKiller):
8 / 10

Pour célébrer leurs dix ans d’existence les Finlandais (Oulu) de Burning Point, par l’entremise de leur label Metal heaven, ont décidé de frapper fort dès ce début d’année 2009. Tout d’abord la sortie de cet « Empyre », quatrième album studio après « Salvation by fire » en 2001, « Feeding the flames » en 2003 et enfin « Burned down the enemy » en 2007. Celui ci sera aussi disponible en édition limitée incluant trois bonus tracks dont un cover de Running wild avec Majk Motti. Ensuite une tournée de promotion à travers l’Europe en compagnie des suédois de Cryonic Temple et du Tragedian teuton. Et enfin est prévu le release d’un Dvd pour finaliser cette décennie.

Dix années, qui auront surtout été marquées par des convulsions systémiques dans le line up, les dernières en date étant le retour du claviériste Pasi Hiltula (ex Kalmah, Eternal Tears of Sorrow) qui avait officié sur les deux premiers albums, et l’arrivée derrière les fûts de Jussi Ontero. Il en résulta des opus prometteurs potentiellement parlant, mais sans évolution vers une certaine maturité, par la faute d’un mouvement perpétuel des musicos empêchant toute progression. Et pourtant en 2006, Metal Heaven les signe, et les rentre aux Helgate Studios courant 2008. En sortira donc cet « Empyre », produit par le groupe et masterisé par Minerva Pappi aux très célèbres Finnvox Studios d’Helsinki d’une part. Et profitant d’autre part d’un artwork cover signé du très coté Felipe Machado Franco bien connu pour ses travaux pour Iced Earth, Axel Rudi Pell, Blaze Bayley … et concurrent direct de notre Fournier national.

Mais je m’étends, je m’étends, au grand désarroi de mon confrère Poulika de la Dream team de Soilchronicles, qui attend désespérément que je dissèque cet album dans une « review traditionnelle » … Alors, taillons dans le vif de manière concise et succincte … Du bon heavy/rock power métal revival des eighties !! Une petite intro sympathique reprenant le thème du parrain (au xylophone ?) saucé grosse rythmique et les chevaux sont lâchés avec un « Empyre » colossal, emphatique et speedé dont le refrain quoique convenu s’avèrera très efficace. Le break est ciselé et annoncera de véritables dégoulinés guitaristiques conclues par des volutes organiques précédant le retour au thème. Et les vocalises légèrement hargneuses de Pete Ahonen, se calquant de plus à merveille, ce titre éponyme à l’album sera sans conteste le plus réussi de la galette. De la même trempe un peu plus avant, « Fool’s Parade » véritable « Kings of fool » d’Edguy; que de similitudes structurelles et d’appréciations entre les deux titres ; l’élève n’égalant quand même pas le maître. Les Finlandais excellent en fait sur les tempos assez speed et « Sacrifice » avec son refrain « bateau » s’avèrera lui aussi très efficace. Parallèlement dans un registre gros heavy aseptisé, « Blinded By The Darkness » ou « Manic Merry-Go-Round » et « Face The Truth » enverront eux aussi du bon grain en conservant toujours cependant une certaine retenue.

En opposition, les plages au tempo plus middle et teintées de soft comme « Was It Me » ou « Walls Of Stone », voir « Cruel World » laissent cependant plus circonspect. Etalages de quasi-poncifs du genre, sur des compos aux mélodies un peu trop fades, la recette ne parait pas être garante de succès pour les Finlandais. Et ce, quand bien même et paradoxalement, le « Only The Wrong Will Survive » de clôture est une pure réussite ou l’alchimie entre lourdeur syncopée de la rythmique, opposée à des lignes guitaristiques déchirées et des vocalises façon hard FM, est du grand art.

En définitive, un retour aux racines des Eighties bien appréciable, mais trop poli, trop lissé par un modernisme en atténuant les caractéristiques uniques. Et au final, les Burning Point accouchent d’un Scud agréable et efficace, mais vous laissant l’impression que le frein à main n’a pas été totalement desserré. Un peu comme s’ils craignaient de vous faire trop mal …

Site Internet : www.burningpoint.net
Myspace : www.myspace.com/burningpointband

MetalPsychoKiller

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green