Communication de nos partenaires

Belphegor – Walpurgis Rites – Hexenwahn

Le 28 février 2010 posté par Fredo

Line-up sur cet Album


Helmuth - Chant, Guitare
Serpenth - Basse, chant
Morluch – Guitare

Style:

Black death metal

Date de sortie:

9 octobre 2009

Label:

Nuclear Blast

Note du Soilchroniqueur (Fredo):
7 / 10

Ils sont généralement 3. Des fois 4. Ils ont des cheveux longs et filasses, des gros tatouages de partout, font tout le temps des grimaces sur les photos. Ils sont autrichiens, et leur truc c’est de parler du Diable et de son Enfer, de sexe déviant, voire même sale, sur fond de Black Death Metal. Nous parlons donc présentement de nosamis Belphegor. Ça fait maintenant une bonne quinzaine d’années qu’ Helmuth et son orchestre prennent un malin plaisir à nous ratatiner la gueule assez régulièrement à grands coups de sorties toutes plus décadentes les unes que les autres. Leur dernier méfait en date nous avait un peu surpris, nous, pauvres victimes consentantes, car en plus de l’hyper blast traditionnel, on s’était pris dans la face quelques morceaux bien plus pervers, plus lourdingues. Et le voilà de retour, notre aimable camarade, habillement épaulé par 2 affreux jojos pour nous assener sadiquement notre dose de sensations fortes. Accrochez-vous, ça va pas tarder à sentir le souffre, la sueur et l’odeur acre de certaines secrétions humaines…

Œuvre principalement axé sur la sorcellerie, très bien épaulé par des zicos pas manchots, Helmuth hurle, grogne, éructe et vomit ces 9 blasphèmes. C’est par un « Walpurgis Rites » assez traditionnel que s’ouvre le sabbat : rapide, brutal, ça dechenaille sec d’entrée, histoire de mettre tout le monde d’aplomb. Puis le rite continue avec 8 autres litanies maudites, avec une intensité et une noirceur très prononcées : brûlots incandescents (« Walpurgis Rites » donc, mais aussi « Reichswehr In Blood », « Destroyer Hekate »…), pièces plus épiques comme « Veneratio Diaboli – I Am Sin », « Enthralled Toxic Sabbath »,ou bien empreintes d’une certaine lourdeur malsaine (« Der Geistertreiber » ou d’une atmosphère glauque et lugubre, « Hexenwahn – Totenkult » qui termine l’album, avec son lots de gargouillis, de sons de cloches, et du bruit des fagots enflammés sous le bûcher) Une fois de plus, on ne sort pas indemne de ce voyage au cœur de la sauvagerie la plus primaire. D’autant plus que celui ci est très bien sonorisé, par l’un des meilleurs producteurs pour ce style de metal. Y a pas à dire, l’underground à la sauce Nuclear Blast et les gros moyens octroyés aux groupes, ça fait certes un peu mariage contre nature, mais c’est quand même pas mal… une belle réussite donc, pas foncièrement très originale, mais d’une efficacité diabolique, un bon petit album qui perpétuera la réputation de cette belle bande d’ allumés.

Fredo

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green