Communication de nos partenaires

Arising Fear – Beyond betrayal

Le 19 avril 2014 posté par Metalfreak

Line-up sur cet Album


  • Thomas Franz - Basse
  • Tobias Möhring - Batterie
  • Kevin Pöllmann - Guitares lead
  • Alexander Rauh - Chant, Guitares rythmiques

Style:

Thrash / Groove metal

Date de sortie:

29 mars 2014

Label:

Metal Message

Note du SoilChroniqueur (Metalfreak) : 7,5/10

Une fois n’est pas coutume, commencer sa chronique par un trailer.

J’avoue que cette petite minute de vidéo est bien foutue et met d’entrée l’auditeur au courant de ce qu’il va entendre.
Arising Fear, quatuor bavarois fondé en 2005, nous sort son seulement premier album après un EP éponyme en 2009 duquel sont tirés les deux derniers titres de l’album « Beyond betrayal » sorti en mars 2014.
En presque dix ans d’existence sans aucun changement de line up, Arising Fear a eu le temps de peaufiner son son pour nous sortir un album de thrash metal au groove omniprésent.
Une approche old school pour un album moderne, ou l’inverse, et on se retrouve avec dix titres qui nous explosent en pleine face pendant plus de trois quarts d’heure.
Tout au long de l’album, Arising Fear nous assène leurs influences à croiser entre Machine Head (surtout), Slayer, Metallica pour un rendu catchy à souhait.
Ca tabasse clairement mais n’allez pas croire que le rendu n’est qu’une excuse à un bourrinage en règle histoire de tabasser un maximum d’oreilles dans un bordel désorganisé.
Loin de là…
Arising Fear propose dix titres propres, carrés mais explosifs…

Car pour nous éclater à la figure, ça nous éclate à la figure, comme on peut s’en rendre compte sur l’accélération qu’on subit lors de la dernière minute de « Day to overcome », c’est purement implacable.

L’album débute tambour battant, sans intro aucune, avec un « Mantic shape » explosif, furieusement thrash et impitoyablement speed, on bon compromis entre Machine Head, le timbre de voix d’Alexander Rauh n’étant pas sans rappeler celui de Robb Flynn et les riffs sont un bon croisement entre ce groupe et quelques influences à chercher au sein de la Bay Area.

Ainsi, l’intro de « Losing sanity » nous rappellera celle de « Seek and destroy » de qui-vous-savez et l’ensemble fourmille de petites touches old school bien sympathique au milieu de ce déferlement de riffs aux sonorités modernes, bien aidé par une production excellente.
Pour un premier album, « Beyond betrayal » fait preuve d’une maturité encourageante et on ne saurait conseiller l’écoute de brûlots parfaitement exécutés comme « Mantic shape », « Final redemption », « Day to overcome », le brutal « This burden », le plus mélodique « Come alive again » construit comme une power ballade mais n’omettant pas un refrain certes en low tempo mais d’une puissance toute en retenue, le long « Thrashing brain surgery » plus old school aux teintes plus hardcore ou le final « Meltdown rust » très proche de Machine Head pour terminer l’album en beauté sur un fader augurant un prochain album du même tonneau ?

 

Tracklist :

1. Mantic Shape (3’08)
2. Beyond the Walls of Anger (4’07)
3. Deadly Embrace (4’57)
4. Day to Overcome (3’30)
5. Losing Sanity (4’12)
6. Final Redemption (4’30)
7. This Burden (4’27)
8. Come Alive Again (5’11)
9. Thrashing Brain Surgery (7’31)
10. Meltdown Rust (6’23)

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green