Communication de nos partenaires

Anthrax – Stomp 442

Le 13 janvier 2014 posté par celtikwar

Line-up sur cet Album


  • Scott Ian : guitare
  • John Bush : chant
  • Charlie Benante : batterie
  • Franck Bello : basse
 

Style:

Power Heavy Metal

Date de sortie:

24/10/1995

Label:

Elektra Records

Note du Soilchroniqueur (Arno):7,5/10

 

J’avais vraiment laissé tomber Anthrax suite à l’album Sound Of White Noise, original, risqué mais décevant pour ma part, nostalgique que j’étais de la période magique des Persistence Of Time et autres State Of Euphoria. Et pourtant, j’ai acheté ce Stomp 442 à sa sortie, alléché par une chronique dithyrambique parue dans le magasine Rage, hélas depuis longtemps disparu.
Le recrutement de John Bush au chant n’était pourtant pas fait pour m’attirer, n’ayant jamais été fan d’Armored Saint, sans compter que Joey Belladonna me semblait tout bonnement irremplaçable.
Pourtant, bien me prit de me procurer ce disque (la K7 en fait, à l’époque) car c’est pour moi l’un des meilleurs albums d’Anthrax qui soient sortis. Enfin, l’un des meilleurs si l’on ne s’attend pas à écouter du Speed Métal car Anthrax a définitivement tourné la page et évolue désormais dans une sorte de Power Heavy Métal super efficace, avec des morceaux concis aux rythmiques épaisses (« Random Act Of Senseless Violence »), parfois plus mélodiques mais avec systématiquement des lignes vocales à tomber et de superbes solos. Car oui cet album m’a fait complètement revoir les a priori qui étaient les miens sur John Bush. Il a une voix chaude, légèrement voilée, pleine de feeling, puissante mais atypique et c’est un véritable régal que de l’entendre sur des titres comme « Riding Shotgun » ou « Perpetual Motion ». D’ailleurs, pour les avoir vus sur scène en tournée promotionnelle de cet album (les Galactic Cowboysfaisaient la première partie), je peux dire que ce sont tous des hymnes que le public reprenait à tue tête, dotés d’une énergie renversante.
Comme toujours la performance de Charlie Benante est parfaite, ce mec insufflant dynamisme et groove à chaque seconde, sans oublier sa technique qui lui permet de placer des breaks ahurissants avec la même facilité que j’ai à enfiler mes pantoufles.
Après, je suis obligé de reconnaître qu’il y a quand même des choses dispensables sur Stomp 442, notamment l’immonde ballade acoustique « Bare » (c’était la mode mais quand même) qui casse vraiment la bonne dynamique, « American Pompeii » trop pompeux ou encore « Nothing » dont on se lasse très vite, sans doute à cause d’un refrain enjoué téléphoné. Mais si l’on met de côté ces quelques réserves, l’album est fidèle à sa pochette : une grosse boule de métal prête à tout écraser (« In a Zone ») dans la plus parfaite décontraction.

 

 

 

Tracklist :
1 : Random Act Of Senseless Violence
2 : Fueled
3 : King Size
4 : Riding Shotgun
5 : Perpetual Motion
6 : In A Zone
7 : Nothing
8 : American Pompeii
9 : Drop The Ball
10 : Tester
11 : Bare

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green