Communication de nos partenaires

Ad Patres – Scorn Aesthetics

Le 27 novembre 2013 posté par celtikwar

Line-up sur cet Album


  • Arnaud Pecoste : basse
  • Alsvid : batterie
  • Axel Doussaud : chant
  • Canard : guitare
  • Olivier Bousquet : guitare

Style:

Death Metal

Date de sortie:

03/09/2012

Label:

Kaotoxin Records

Note du Soilchroniqueur (Arno): 8/10

 

Du gras, du gros, du lourd, du puissant, du brutal, du furieux, Ad Patres c’est tout cela à la fois. Ce n’est pas compliqué, ce premier album sonne comme celui de vieux briscards rompus à toutes les techniques de matraquage connues de Tampa à Göteborg. Surprenant ? Pas vraiment lorsqu’on sait que, tout d’abord, ils sont Français et que l’on a toujours eu une scène Death Métal de qualité (si vous ne le savez pas, dites-vous bien que vous manquez quelque chose). Ensuite, il suffit de jeter un œil aux pedigrees des bonshommes pour constater qu’ils ont fait leurs armes dans Seth et Enthroned : ça pose un C.V. ! Si ça ne vous parle toujours pas, sachez que vous manquez une deuxième chose (ça commence à faire beaucoup de lacunes).
Du coup, on comprend mieux pourquoi la musique sonne de façon aussi mâture. Quelle maîtrise ! Quel sens du riff ! Quel maniement de la rythmique marteau-pilon ! Ad Patres en met vraiment plein la gueule pendant trente minutes et dix morceaux, sans débander et sans s’excuser. L’auditeur se fait déboîter entre ralentissements soudains et accélérations violentes, avance sous un déluge de rythmiques variées qui ne laissent aucun espace sonore vierge. L’effet de strangulation est indéniable.
Stylistiquement, l’album offre un mix intéressant entre un Death Métal à l’ancienne, je pense principalement à Deicide pour l’intensité du rendu (les solos et le chant criard en moins), et une production massive très moderne qui rend plus que justice aux débordements belliqueux d’Ad Patres (le monstrueux « To The Fathers » par exemple). Même si le groupe est parfois capable de composer des choses plus mélodiques (« Scars Of Compromise ») qui viennent aérer l’ensemble, Scorn Aesthetics est un monstre velu qui a faim, la bave aux lèvres et le goût du sang dans la bouche : dur d’en réchapper.

 

 

 

1 : … (Intro)
2 : The lock
3 : Scars of Compromise
4 : Circles of red
5 : To the fathers
6 : Scorn aesthetics
7 : In vivo
8 : Emphasize nihility
9 : Anti
10 : All that remains

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green