Communication de nos partenaires

Acrostichon – Engraved In Black

Le 31 décembre 2013 posté par celtikwar

Line-up sur cet Album


  • Corinne : chant, basse
  • Jos : guitare
  • Richard : guitare
  • Serge : batterie

Style:

Death Metal

Date de sortie:

03/05/1992

Label:

Modern Primitive Records

Note du Soilchroniqueur (Arno): 7/10

 

J’ai parfois l’impression qu’à partir du moment où un groupe a commencé à sortir des albums (voire de simples démos, c’est encore mieux) avant 1995, il est aujourd’hui considéré comme culte. Indépendamment du contenu, de la qualité ou du nombre de groupes qu’il a influencé, l’ancienneté suffit à crédibiliser. C’est même devenu un must de citer en référence des musiciens qui auraient sorti deux malheureuses cassettes vendues sous le manteau en 1992. Inutile de le nier, il y a toujours eu une part de snobisme dans le Metal.
Au petit jeu des références underground, on peut donc citer sans sourciller Acrostichon, dont la carrière, bien que courte (1989 – 1995 puis une reformation en 2012), a tout de même eu le temps de laisser quelques traces de mazout difficiles à effacer. J’entends par là que le groupe a marqué les mémoires mais davantage, à mon avis, parce qu’il a exercé dans une période charnière avec Corinne (chanteuse bassiste) a sa tête plutôt que par son talent.
En effet, si Acrostichon joue indéniablement très sérieusement au Death MetalEngraved In Black n’incite pas non plus à prolonger la partie outre mesure. On retrouve sur cet album toutes les caractéristiques du Métal de la Mort de cette époque : des riffs épais et basiques, des rythmiques façon rouleau compresseur, des growls un peu lourdingues qui ont donc la particularité d’être féminins et une production à l’avenant de tout ça. Pas vraiment d’originalité ni de prises de risques, Acrostichon déroule ses morceaux sans trop se poser de questions et applique continuellement la même formule, qui a une certaine prestance mais qui finit par lasser. À titre personnel, j’apprécie néanmoins ces mid tempos bien dévastateurs avec la double grosse caisse en avant et les allers-retours saccadés des guitares (« Relics ») mais c’est quand même difficile aujourd’hui d’y trouver quoi que ce soit d’autre qu’une curiosité éphémère. Pas parce qu’il y a mieux maintenant, plutôt parce qu’il y avait déjà mieux avant.
On écoute donc Engraved In Black comme on mange un plat en sauce trop mijoté servi dans une gargote d’autoroute : c’est fort en goût, ça rassasie vite mais c’est un peu écœurant aussi car trop lourd. Après, pour ceux qui se sentent l’âme archéologue,Acrostichon reste une belle pièce à découvrir.

 

    1 : Immolation Of The Agnostic
    2 : Walker Of Worlds
    3 : Dehumanized
    4 : Mentally Deficient
    5 : Lost Remembrance
    6 : Zombies
    7 : Havoc
    8 : Relics
    9 : Engraved In Black

 

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green