Mallory – Sonora RF Part. II

Le 12 janvier 2018 posté par Willhelm von Graffenberg

Note du SoilChroniqueur (Lusaimoi) : 9/10.
La première était sombre, celle-ci est éblouissante. Elle est presque son exact opposé, son négatif. Presque, car des fils de barbelés manquent et car ces feuilles automnales portées par le vent apportent une touche de couleur dans ce paysage noir, blanc et rouge. Deux signes qui en disent long.

Retour en début de page

Deliverance – Chrst

Le 10 janvier 2018 posté par Willhelm von Graffenberg

Note du SoilChroniqueur (Lusaimoi) : 8/10.
Si Deliverance ne me disait rien, hormis le nom d’un album suédois fabuleux, ce n’est pourtant pas un tout jeunot dans la scène Metal française. Bon, il s’est formé en 2012, ce qui n’est pas forcément vieux, mais quand on voit le nombre de groupes qui naissent chaque mois, sept ans, c’est déjà pas mal. Surtout que pendant ces années, un EP est sorti, dispo en « name your price » sur Bandcamp – vous suivrez le lien en bas de la page si vous voulez le découvrir (eh oui, faut lire la chro avant, hein ?) – et qu’il contient des personnes dont vous avez peut-être entendu parler. En effet, il a été créé par Pierre Duneau, de Memories of a dead Man, et Etienne Sarthou, plus connu pour être le batteur d’Aqme.

Retour en début de page

Mortis Mutilati – The Stench of Death

Le 9 janvier 2018 posté par Willhelm von Graffenberg

Note du SoilChroniqueur (Arno) : 7/10.
On a beau être passionné, il reste difficile d’avoir des oreilles partout. Ainsi, même si Mortis Mutilati en est déjà à son quatrième album avec The Stench of Death, c’est pour moi une totale découverte.

Retour en début de page

Celeste – Infidèle(s)

Le 9 janvier 2018 posté par Willhelm von Graffenberg

Note du SoilChroniqueur (Arno) : 9/10.
Une nouvelle fois, le talent de la photographe Marta Bevaqua vient sublimer le nouvel album de Celeste, Infidèle(s). Images angéliques d’adolescentes enchevêtrées dans l’amour ou dans la mort, figées sur ce noir et blanc superbe qui est devenu l’identité visuelle des Lyonnais.

Retour en début de page

Pictured – Deathbearer

Le 25 décembre 2017 posté par Bloodybarbie

Note du SoilChroniqueur (Celtikwar) : 8/10

La nuit à la triste en Bretagne est surement celle de la Samain, c’est lors de cette dernière lune de l’année que le dernier trépassé aura pour charge d’endosser la cape et de porter la faux pour toute une année, mener le char qui conduit les morts vers leur nouvelle terre.

Enfin ça, c’était il y a bien longtemps. Enfin, pas parce que cela ne se fait plus, mais on a trouvé les moyens de passer ce moment plus gaiement.
Et ce pour plusieurs raisons : la première, c’est un festival organisé à la Méziere (35), histoire de passer le moment entre amis, (il faut se sentir « saoul-tenus »).
La deuxième, Lancelot sort une bière spéciale : la XI.I brassée le jour même.

Retour en début de page

Orion Dust – Duality

Le 25 décembre 2017 posté par Metalfreak

Note du SoilChroniqueur (Christopher) : 8/10.
La mélancolie et le bonheur, voila ce que résumerait l’album Duality du groupe Orion Dust, sorti en autoproduction en juin 2016 et réédité chez Dooweet Agency.
Je vous dis ça car toutes les chansons s’enchainent avec ce genre de sentiments, de la violence en passant par la douceur, avec des notes de claviers somptueuses, une voix qui nous emporte à travers ces sentiers. « Absencia » en est la preuve : aucune parole, juste une évasion à travers ces différents paysages qui entourent notre monde.

Retour en début de page

Dirge – Alma | Baltica

Le 21 décembre 2017 posté par Willhelm von Graffenberg

Note du SoilChroniqueur (Arno) : 8/10.
Que Dirge soit un groupe à part, du moins sur la scène française, j’en étais parfaitement conscient. Je savourais chacun de leurs albums comme autant de rendez-vous amoureux triangulaires avec le Sludge et le Post Hardcore, cela ne posait pas de problèmes particuliers à ma morale. Mais s’il y a bien un terrain sur lequel je ne les attendais pas, c’est bien celui du pur Ambient. Car, oui, les cinq titres d’Alma | Baltica sont purement et totalement atmosphériques, quasiment sans instruments « traditionnels », sans chant, sans rien qui ne corresponde à ce que le groupe avait pu composer jusqu’alors.

Retour en début de page

Raspy Junker – World of Violence

Le 20 décembre 2017 posté par Willhelm von Graffenberg

Note du SoilChroniqueur (Christopher) : 7/10.
Alors tout d’abord en écoutant cet album de Raspy Junker, j’ai cru avoir un retour aux sources au Grunge : le chanteur a vraiment ce timbre des groupes de grunge des années 90, ça m’a fait bizarre surtout que le genre musical ne correspond pas à cet album.

Retour en début de page

Obsession – Century of Decadence

Le 17 décembre 2017 posté par Willhelm von Graffenberg

Note du SoilChroniqueur (Erikillmister) : 9,9/10.
Voilà enfin sur mon bureau ce fameux Century of Decadence que j’attendais avec impatience, avide de savoir ce que pouvait valoir sur galette cette machine de guerre qu’est Obsession en live. Le moins que je puisse dire, c’est que je n’ai pas été déçu ! Cet album est une véritable boucherie, vous prenant aux tripes dès l’entame pour ne plus vous lâcher jusqu’à ce que la dernière note résonne. Je vous l’avais annoncé… Une fois mordu, vous ne décrocherez plus !

Retour en début de page

Lord Shades – The Uprising of Namwell

Le 16 décembre 2017 posté par Willhelm von Graffenberg

Note du Soilchroniqueur (Willhelm von Graffenberg) : 10/10.
« Irréprochable » est le terme exact et adéquat pour qualifier The Uprising of Namwell or A Tale of Retribution du groupe creusois Lord Shades.

Retour en début de page